Imprimer

Historique

La ville de Saint-Lin-Laurentides a été créée en mars 2000. Elle est née de la fusion de la municipalité de Saint-Lin (1836) et de Ville des Laurentides (1883) et doit appliquer la Loi des cités et villes. La population s’élève maintenant à plus de 16 000 habitants. L’ancien maire de la ville André Auger, il a célébré ses 40 ans de vie politique en 2011. La ville est nommée en l’honneur de Saint Lin, qui fut le deuxième pape.
Sir Wilfrid Laurier est natif de Saint-Lin. Il fut le premier francophone à devenir premier ministre au Canada. Fils du premier maire de Saint-Lin, M. Carolus Laurier, il est la fierté des citoyens. Depuis 1938, la maison parternelle est déclarée lieu historique national, vous pouvez visiter le lieu au 945, 12e avenue.

L’intérieur chaleureux de cette demeure traditionnelle de la vallée du Saint-Laurent (dite “maison québécoise”) vous plongera dans le quotidien d’une famille d’autrefois. Découvrez le destin singulier d’un grand homme et laissez-vous envoûter par les attraits de la vie d’autrefois.  Il y existe une commune du même nom dans la région française de Poitou-Charentes. L’église de la ville de Saint-Lin-Laurentides a été construite en 1887 - 1890, en pierre, dans le style byzantin d’après les plans des architectes Perreault et Mesnard.

L’église possède une magnifique chaire. Sa voûte principale en arc en plein cintre, bleu ciel, est parsemée d’étoiles et est portée sur la tête de douze anges aux mains jointes et aux ailes déployées, leurs pieds étant appuyés sur le sommet des colonnes. Au sol, l’édifice est en forme de croix latine. La nef de l’église est à 3 vaisseaux. Un orgue Casavant Frères, fabriqué en 1925, est installé à l’intérieur, ainsi que des vitraux dont l’auteur demeure inconnu.
 
  • village
    Au début des années 1800, la paroisse de St-Lin n'est qu'une vaste étendue de terrains couverts d'une épaisse forêt.

    Les premiers colons venant de St-Roch-de-l'Achigan, arrivèrent entre les années 1805-1807. Messieurs Antoine Brien et Abraham Éthier vinrent donc s'établir dans la seigneurie de Lachenaie de Peter Pangman, et d'après les archives, le village prend déjà forme vers 1814, alors qu'un médecin, le docteur Baines, et un notaire, Me Bergeron, viennent s'y installer.

    Le 12 novembre 1828, c'est l'érection canonique. Le territoire s'appelle St-Lin de Lachenaie, en l'honneur du deuxième pape du monde qui est Saint-Lin.

    De 1828 à 1836, l'organisation religieuse voit le jour, d'abord une desserte, puis c'est l'arrivée du premier curé en 1835. Par un projet de loi, pensé en 1827 mais sanctionné qu'en 1832, une érection civile peut être accordée par le gouvernement du Bas-Canada, à la demande de ses habitants, donnant comme limites les mêmes que celles octroyées par l'Évêque lors de l'érection canonique. C'est donc le 5 novembre 1836 que St-Lin voit son érection civile, octroyée par une proclamation du gouverneur Gosford.

    Le 5 novembre 1836, ayant au moins 300 âmes de population, la paroisse de St-Lin obtient, par proclamation civile, le droit de porter le nom de la «Municipalité de la Paroisse de St-Lin».

    Le 1er juillet 1845, St-Lin devient municipalité et le 30 juillet de la même année, le premier conseil municipal tient sa première session avec Carolus Laurier, père de Sir Wilfrid, comme maire.

    hotel de villeLe 30 juillet 1845, M. Carolus Laurier, maire, aidé de six conseillers: MM. Louis Simard, père, Jean-Baptiste Jules dit Laverdure, Joseph Augé, John Lloyd, Daniel Martel, Jean-Baptiste Forest, Pierre-Antoine Viau, secrétaire-trésorier, forme le premier conseil municipal de la paroisse de St-Lin. Dès lors, les affaires municipales sont administrées par le dit conseil municipal ayant juridiction sur tout le territoire comprenant les terres en culture et l'embryon de village jusqu'en 1883.

    Le village s'étant progressivement formé dans les alentours du moulin Pangman, médecins, notaires, marchands et corps de métier, un vrai centre d'affaires et de services, si bien que le 15 avril 1856, le village de St-Lin est officiellement constitué.

    Déjà en 1860 et 1861 quelques industries transforment le paysage de St-Lin et en 1872 est inauguré le premier aqueduc de la paroisse au coût de $4,000.00. Les tuyaux en bois, longs de 4 milles, ont leur point de départ de la Petite Rivière.

      
    railEn 1877, une ligne de chemin de fer, construite par la Laurentides Railway Co., entrait en fonction en novembre de la même année. Ce fut le début de l'expansion industrielle et commerciale ce qui amena à changer le statut de notre Municipalité.

    En 1881, on inaugure le chemin de fer des Laurentides. Le 30 mars 1883, est sanctionnée la loi 46 Victoria, chapitre 81, décrétant le Village de St-Lin et quelques propriétés en culture adjacente sous le nom de

    Statistiques

    Année Dénombrement
    1961 1380
    1965 1605
    1967 1905
    1968 1746
    1969 1721
    1970 2187
    1971 2590
    1972 2723
    1973 2861
    1974 2988
    1975 3207
    197 6 3717
    197 7 3800
    197 8 4143
    197 9 4300
    1980 4556
    198 1 4726
    198 2 4686
    198 3 4907

    Centre névralgique de la municipalité de la paroisse de St-Lin, le village s'en va tranquillement vers le statut de Ville. Le conseil du temps doit souvent discuter séparément, pour les habitants du village et ceux de la campagne, les besoins n'étant pas les mêmes.

    En 1874, il est fait mention pour la première fois, de séparation et c'en est fait de la municipalité de paroisse de St-Lin de 1855.

    Elle devra désormais partager ce coin de terre avec la corporation de Ville des Laurentides dès le début de 1883 soit le 30 mars. Copie conforme du procès-verbal de la première session du conseil de Ville des Laurentides tenue le 25 avril 1883.

    «A la première session générale du conseil de la Ville des Laurentides dûment convoquée par son honneur le Maire, de se réunir chez Matteys et Moody, mercredi le 25 avril 1883, présidée par son honneur le maire.

    Étaient présents son honneur Jules Leclair, maire, J.B. Robert, Calixte Therrien, Hormidas Gauthier, Joseph Armand Lambert et Charles Roy, conseillers, de la dite Ville formant un quorum.

     Le conseiller J.A. Lambert, secondé par Ovide Brien, propose que Pierre Blouin, notaire de la Ville, soit engagé comme secrétaire-trésorier de la dite Ville pour la présente année au salaire de $60.00 par an. En amendement, le conseiller H. Gauthier, secondé par J.B. Robert, propose que J.B. Forest, distingué gentilhomme du même lieu fut engagé comme secrétaire-trésorier pour l'année courante.

    Les 2 motions étant mises aux voix donnent le résultat suivant: Pour la motion principale, les conseillers Brien et Roy; pour l'amendement, les conseillers Gauthier et Therrien; le maire donnant son vote prépondérant en faveur de la motion principale, ledit Pierre Blouin fut engagé comme secrétaire-trésorier de la Ville des Laurentides pour l'année courante, au salaire de $60.00 l'an.

    Sur motion de J. A. Lambert, secondé par C. Therrien, il fut résolu à l'unanimité, que Josept Foisy fut nommé inspecteur de Voirie pour surveiller les travaux sur les chemins et rues situés dans les quartiers n° 3 et 4 de Ville des Laurentides. Sur motion du conseiller O. Brien, secondé par le conseiller H. Gauthier, il fut résolu à l'unanimité que Pierre Gascon, ferblantier, fut nommé inspecteur de boisé pour surveiller les travaux à faire sur les chemins et rues des quartiers 1 et 2 de Ville des Laurentides.

    Sur motion du conseiller O. Brien, secondé par le conseiller H. Gauthier, il fut résolu à l'unanimité que l'inspecteur P. Gascon soit averti de délimiter au plus tôt les chemins de lignes ou routes des quartiers, et numéroter adresses de la dite Ville.

    Proposé par O. Brien, secondé par J.B. Robert, que
    J.B. Simard, bourgeois, soit nommé inspecteur de trottoirs pour les quartiers 3 et 4.

    Proposé par C. Therrien, secondé par O. Brien, que Narcisse Rivest, soit nommé inspecteur de trottoirs pour le quartier n° 1.
    Proposé par C. Therrien, secondé par O. Brien, que Xavier Pilon soit nommé inspecteur de trottoirs pour le quartier n°  2.

    Proposé et approuvé à l'unanimité que les sessions du conseil de Ville des Laurentides se tiennent au bureau de Matteys et Moody et que ce bureau soit considéré comme bureau de l'Hôtel de Ville.

    Et le conseil ajourne au 27 avril, la session commencera à 7 heures 1/2 du soir.

    Jules Leclair, Maire Pierre Blouin, Sec.-Trésorier.

    Les assemblées de conseil se répétaient tous les 2 ou 3 jours, M. Ovide Brien fut nommé pro-maire. Il fallait nommer aussi des estimateurs, auditeurs et inspecteurs.

    L'assemblée du 9 mai avait pour but de fixer le montant des taxes d'affaires, des heures de fermeture des hôtels et auberges, des lois et règlements les régissant. On cite même à cette assemblée qu'un règlement fut passé disait: «Défense de conduire les chevaux plus vite que le pas, sur le pont, amende $2.00 aux contrevenants et ne jamais dépasser le trot ordinaire dans les rues.» Le surveillant du pont était payé avec la moitié de l'amende.
     
    (Source :100 ans de Laurentides, Le Comité organisateur des Fêtes du Centenaire)
    (Source :150 ans de Saint-Lin, Le Comité organisateur des Fêtes du Cent-cinquantième)
     
    Site internet de la Société (en construction)
    Société d'histoire et de Patrimoine de Saint-Lin-Laurentides (Facebook)

  • Saint-Lin-Laurentides
    Maire  Année
    Patrick Massé 2013-2017



    Saint-Lin Laurentides
    Année Maire  Année  Maire
    1997 - 2011 André Auger 1990 - 2000 André Corbeil
    1995 - 1997 André Rousseau 1970 - 1990 Normand Choquette
    1970 - 1995 André Auger 1969 - 1970 Adrien Tourangeau
    1965 - 1969 Henri Racette 1968 - 1969 Alfred Chartrand
    1949 - 1964 Paul Brisson 1964 - 1968 Lionel Thibodeau
    1945 - 1948 Oscar Hogue 1960 - 1964 Armand Gariepy
    1942 - 1944 Eugène Archambault 1952 - 1960 Rodolphe Deslongtemps
    1937 - 1941 Albert Beaudoin 1948 - 1952 C. E. Pauzé
    1935 - 1936 Wilfrid Morin 1946 - 1948 J. H. Corbeil
    1934 - 1935 Roch Pichette 1942 - 1946 Olivier Moreau
    1925 - 1933 Louis Lavallée 1940 - 1942 Philias Piché
    1919 - 1924 Almanzar Desroches 1938 - 1940 Avila Beaudoin
    1917 - 1918 Joseph Brisson 1936 - 1938 John Monahan
    1912 - 1916 Honoré Thifault 1934 - 1936 Avila Beaudoin
    1911 - 1912 Ludger Morin 1932 - 1934 Antonio Morel
    1907 - 1909 Joseph Brisson 1918 - 1932 Avila Beaudoin
    1904 - 1906 Jean-Paul Archambault 1917 - 1918 John Monahan
    1900 - 1903 Georges Pichette 1916 - 1917 J. M. Desjardins
    1899 - 1900 Alfred Morin 1916 - 1916 Adélard Roy
    1893 - 1899 Georges Pichette 1915 - 1916 Philias Morin
    1888 - 1892 Théodule Corbeil 1914 - 1915 Roch Locas
    1872 - 1887 Joseph Gauthier 1913 - 1914 J. C. Rivest
    1869 - 1871 Jean-Baptiste Éthier 1912 - 1913 J. C. Saint-Jean
    1868 - 1969 Ovide Bryen 1909 - 1912 Adélard Roy
    1866 - 1867 Charles Meunier 1907 - 1909 Cyrille Lachapelle
    1864 - 1865 Hilaire Hurteau 1906 - 1907 Édouard Pauzé
    1862 - 1863 Isaac Renaud 1901 - 1906 Hormidas Gauthier
    1855 - 1861 Carolus Laurier 1899 - 1901 Horace Éthier
        1896 - 1899 Hormidas Gauthier
        1886 - 1896 Horace Éthier
        1883 - 1886 Jules Leclerc